Archives du mot-clé Vannes

Anne de Bretagne … A ma vie… à notre vie !

Vitrail à Dinan.

Morbihan, novembre-décembre 2017

À la devise de l’ordre de l’Hermine, Anne de Bretagne y ajoute Non mudera (« je ne changerai pas ») et adopte sa propre devise Potius mori quam foedari (« plutôt mourir que se déshonore »). Portée par de telles convictions, Anne de Bretagne est devenue un symbole fort de la résistance bretonne…

Mais qui est finalement cette femme…

… devenue duchesse à 11 ans, reine de France à 15 ans, mère de neuf enfants dont sept décédés en bas âge et qui, à sa mort à seulement 36 ans, a su marquer le destin et la mémoire collective de tout un territoire ?

D’alliances en mésalliances

Anne de Bretagne est née au château des ducs de Bretagne à Nantes le 25 janvier 1477. Elle est la fille de François II, dernier duc de Bretagne, et de la princesse de Navarre Marguerite de Foix. La Bretagne, qui cherche depuis le XIVe siècle à s’émanciper du royaume de France est à l’époque en conflit avec le souverain Louis XI pour conserver son indépendance.
Décidé à protéger ses terres de la menace française, François II développe ses alliances. Pour cela, sans héritier mâle, la main de sa fille aînée Anne est promise à maintes reprises. C’est ainsi, qu’à peine âgée de 4 ans, elle est proposée au prince Edouard de Galles (fils d’Edouard IV d’Angleterre), mais celui-ci meurt en 1483. Les prétendants ne vont pas manquer… En 1488, les armées du duc François II subissent une lourde défaite face à celles du roi de France à Saint-Aubin-du-Cormier. Suite à cet échec, le traité du Verger précise que l’héritière du duché ne peut se marier sans l’accord du roi de France.

Trois mariages, deux fois reine de France…

En septembre de la même année, François II meurt d’une chute de cheval et tous les projets de mariage s’effondrent. Anne alors âgée de 11 ans, cette jeune enfant initiée au latin, à la littérature et à l’histoire, devient duchesse de Bretagne.
Avant de mourir, son père avait confié sa garde au maréchal de Rieux et à Françoise de Dinan qui souhaitent la marier à l’un de leurs parents, Alain d’Albret. Anne refuse et les hostilités reprennent avec Charles VIII.
Mais il n’est pas question de ne pas sauver le duché, Anne est mariée par procuration, le 19 décembre 1490, à Maximilien Ier de Habsbourg, futur empereur du Saint Empire romain germanique. Ce mariage est perçu comme la violation du traité du Verger. Rennes est alors rapidement assiégée. Anne de Bretagne doit s’unir au roi de France Charles VIII pour  » assurer la paix entre le duché de Bretagne et le royaume de France  ». Le 8 février 1492, celle que l’on décrit comme   » petite, maigre de sa personne, boiteuse d’un pied et d’une façon sensible, brunette et jolie de visage, et pour son âge fort rusée « , est couronnée reine de France.

… et toujours duchesse

De cette union, naîtront plusieurs garçons, tous morts en bas âge. Le roi lui-même péri en 1498 des suites d’un accident. Veuve à 21 ans et sans enfant, elle redevient pleinement duchesse. Lors de sa venue en Bretagne à l’automne 1498, elle fait don à la population du deuxième terme de l’impôt et fait battre une monnaie d’or à son nom.
Ayant réaffirmé son autorité sur le duché, en janvier 1499, elle se marie au nouveau roi de France Louis XII mais est cette fois en mesure de négocier les conditions de ce mariage, dont le contrat précise qu’en cas d’absence de descendance commune au roi et à la duchesse, le duché revient à la descendance unique d’Anne. Elle se réserve également la jouissance du duché et prévoit qu’après sa mort, celui-ci reviendra à son second enfant mâle et non à l’aîné. Elle manifeste ainsi sa volonté de perpétuer un duché autonome avec une lignée ducale distincte. Anne donnera naissance à deux filles, Claude et Renée.
Durant ces années, elle vit surtout au château de Blois, mais suit de très près le duché de Bretagne dont elle parvient à maintenir les droits, voire à obtenir des privilèges pour les Bretons.

Anne de Bretagne meurt le 9 janvier 1514, elle n’avait pas encore 37 ans. La Bretagne n’est toujours pas intégrée au royaume de France. Sa fille, Claude, épouse François d’Angoulême, qui devient roi de France en 1515 sous le nom de François Ier.

Le 4 août 1532, les députés des états de Bretagne adressent une requête à François Ier pour la reconnaissance de son fils aîné comme duc de Bretagne, le roi accepte. Il publie un édit d’union le 13 août 1532 à Nantes. Son fils François est couronné duc le 14 août et en septembre, l’édit du Plessis-Macé unit la Bretagne à la France.

(NDLR: ce dernier paragraphe omet de parler de la menace militaire planant sur la réunion des États de Bretagne, des prébendes , des charges et de l’or distribués à certains députés pour les faire voter dans le bon sens; faits dénoncés par Bertrand d’Argentré dans son Histoire de Bretagne publiée quelques années plus tard et interdite par les services du roi de France).

Publicités

Année Anne de Bretagne 2014, le DVD.

Ce samedi 4 novembre au cinéma de Blain, était présenté le dvd Anne de Bretagne 2014 devant 120 représentants des associations ayant été parties prenantes durant l’Année Anne de Bretagne.

D’une durée de 90 minutes, le DVD réalisé par Rémi et Nicolas Valais retrace l’Année Anne de Bretagne 2014 à travers une quarantaine d’événements dans les 5 départements bretons. L’occasion de découvrir ou de redécouvrir de nombreux sites et histoires liés à la mémoire de la dernière Duchesse souveraine de Bretagne.

Version en français, version en breton, bonus comprenant des extraits de l’opéra Anne de Bretagne d’Alan Simon.

Le DVD, 20 € à commander auprès de RV production, 34 La Burdais, 44530 Guenrouet
Tél : 02 40 00 18 92
Port : 06 83 04 34 69
Mail : contact@remivalais-production.com

Présentation du DVD, réalisé par Rémi et Nicolas Valais (assis à droite), en compagnie des membres du Comité Anne de Bretagne et du maire Jean-Michel Buf (debout à droite). | Photo Ouest-France

Conférence: Anne de Bretagne et sa parenté

Frédéric Morvan

L’association culturelle Identité Bretonne organise conjointement avec Dihunerien une conférence illustrée qui sera animée par l’historien Frédéric Morvan le 16 septembre 2014 à 20h au Palais des Arts à Vannes.

En hommage au 500e anniversaire de la mort de la duchesse Anne de Bretagne, à l’instar de très nombreuses organisations qui ont toutes participé à cette année commémorative, Identité Bretonne a réalisé une nouvelle exposition itinérante retraçant la vie d’Anna Breizh et qui a été présentée au printemps dernier à la galerie Skeudenn de Rennes ainsi que tout cet été au château du Plessis-Josso à Theix.

C’est pourquoi nous proposons de compléter cette célébration par un voyage dans l’Histoire de la Bretagne grâce à Frédéric Morvan qui nous contera avec passion « Anne de Bretagne et sa Parenté », démêlant avec délicatesse l’écheveau intergénérationnel des ducs et duchesses de Bretagne.

Il décrira aussi la vie politique de la cour ducale, des relations avec les autres nations, leurs conséquences sur la société bretonne et sur l’économie du pays, dans le contexte de l’époque.

Cette conférence gratuite se veut accessible à tous, tant aux passionnés ou aux spécialistes, qu’aux néophytes ou aux étudiants. Une réunion amicale de gens avides de perfectionner des acquis ou de profanes qui veulent savoir et encore savoir.

Identité Bretonne et Dihunerien vous invitent à assister nombreux mardi 16 septembre 2014 à 20h00 pour faire connaissance avec la famille d’Anne de Bretagne, sous l’œil indulgent notre bonne duchesse !

Pour Identité Bretonne et Dihunerien,
Ronan Badouel et Michel Chauvin.

Anne de Bretagne à l’honneur à Saint-André des Eaux, Lorient, Josselin, Ranrouët, Vannes, Rennes et Châteaubriant.

Anna-Vreizh-drapeau-OK

Anne de Bretagne est à l’honneur dans les prochains jours à travers la Bretagne:

Dimanche 3 Août à St André des Eaux (Brière) : Fete des Chalands Fleuris (100.000 fleurs !) sur le thème d’Anne de Bretagne (organisateur : ABSADE et Jacky Point ) + Exposition ICB/Anne de Bretagne. Jeux Bretons et médiévaux. Dès 10H30 : scénoparade, fest-deiz, restauration – cf http://www.chalandsfleuris.fr

Dimanche 3 août, Grand Théâtre de Lorient, 21h, Oratorio « Anne de Bretagne renaissante » de Roland Becker.

Mercredi 6 Août à Josselin en soirée d’étape dans le cadre du Tro-Breiz Dinan-Vannes: Hommage à Anne de Bretagne sous la forme d’une projection de videos sur Anne de BRETAGNE donnée par Joël Combot de l’association des Amis du Folgoët.

– Juillet-Aout tous les Dimanches à 16H00 au Château de Ranrouet à Herbignac (44) : visite thématique sur Anne de Bretagne par la médiatrice du château Fanny Bena :

Venez faire un voyage dans le temps d’Anne de Bretagne et d’autres personnages comme l’intrigant Jean IV de Rieux, seigneur du château de Ranrouët et tuteur de la petite Anne. Face aux rois de France qui menacent la Bretagne, vous découvrirez les péripéties qui ont agitées l’histoire du duché de la fin du Moyen Age jusqu’à son rattachement à la France. Intrigues, rebondissements, voltes-faces, c’est une histoire digne d’une véritable saga moderne qui vous attend !

Les dimanches à 16h en juillet et en août. Durée 1h00. Plein tarif 5€, réduit 4€, gratuit -7 ans.

– Les rendez-vous nocturnes du Parlement de Bretagne à Rennes démarrent le 11 juillet. Pour la 3e année consécutive, la projection d’images épousera l’architecture du bâtiment. Anne de Bretagne fera son apparition avant chaque spectacle

– Jusqu’au 21 septembre, exposition autour d’Anne de Bretagne, son reliquaire et le livre d’Heures, au Château Gaillard, rue Noë à Vannes, Entrée gratuite.

– Jusqu’au 30 Septembre à Châteaubriant (44) : Exposition autour du reliquaire du coeur d’Anne de Bretagne à travers une approche historique et scientifique de l’objet / Organisateur : Conseil Général de Loire-Atlantique et Musée Dobrée.

Du 10 au 14 juillet, les Fêtes Historiques de Vannes consacrées aux « Grandes Heures d’Anne de Bretagne »

Ville de Vannes

feteshistoriquesvannes2014

« Les grandes heures d’Anne de Bretagne »

2014 est une année particulière du fait de la célébration des 500 ans du décès d’Anne de Bretagne, figure majeure de l’Histoire bretonne, le 9 janvier 1514. Anne de Bretagne naît le 25 janvier 1477 dans le Château de Nantes alors en pleins travaux. Fille aînée de François II, elle passe ses premières années entre Nantes, Vannes et Clisson. Le temps de l’enfance fut bref pour Anne. Très tôt, en effet, son destin est conditionné par les menaces qui pèsent sur le Duché breton. Depuis le 14e siècle, la Bretagne a cherché à s’émanciper du Royaume de France. Pour assurer l’avenir du Duché, en l’absence d’héritier mâle, le mariage d’Anne devient une question essentielle.

Animations gratuites du 10 au 14 juillet 2014

la vie d’Anne de Bretagne

Nouveauté 2014 | Reconstitution de 10 tableaux de la vie d’Anne de Bretagne et scénettes animées par une centaine de figurants.
Visites gratuites, commentées par un guide du patrimoine. Départ des visites à 20h du plateau de la Garenne.

Allées du jardin de la Garenne – Les jeudi 10 et vendredi 11 juillet de 20h à minuit et le samedi 12 juillet de 20h à 22h30.

  • Sacre le 10 février 1489
  • 1er mariage à Rennes le 19 décembre 1490
  • 2e mariage à Langeais le 6 décembre 1491
  • 3e mariage à Nantes le 8 janvier 1499
  • Voyage du navire La Cordelière le 5 octobre 1502
  • Le Tro Breizh (tour de Bretagne) de juin à septembre 1505
  • Remise du manuscrit des Grandes Heures en 1508
  • Anne en prière avec les trois saintes en 1512
  • La mort d’Anne de Bretagne le 9 janvier 1514

Village renaissance

Jardin des remparts  – Samedi 12 juillet de 20h à 22h30. Dimanche 13 et lundi 14 juillet de 14h à 20h.

  • Un village Renaissance avec ses échoppes et de nombreuses animations : calligraphe, frappeur de monnaie, vitrier, forgeron, vannier et tonnelier, éleveur de furets, luthier…

Animations nocturnes

Jardin des remparts – Samedi 12 juillet de 22h30 à 23h45.

  • Démonstrations d’arquebuses, lanceurs de drapeaux et danses avec la participation des figurants des groupes étrangers de la confédération européenne des manifestations et spectacles historiques (Belgique, Italie, Allemagne).
  • Clôture par un embrassement des remparts.

Animations d’époque

Centre-ville – Dimanche 13 et lundi 14 juillet de 14h30 à 19h.

  • Découvrez les différentes animations qui célébraient le passage d’Anne de Bretagne, à l’occasion de son Tro Breizh (tour de Bretagne).
    Plongez au coeur de la Renaissance. Spectacles, échassiers, jongleurs et bateleurs ménestriers dans les places et rues vannetaises.

Cortèges des figurants costumés

Défilés en centre-ville – Dimanche 13 et lundi 14 juillet à 16h30, 17h et 22h30.

  • Le cortège de la Duchesse Anne de Bretagne partira du quartier Saint-Patern à 16h30, pour rejoindre la délégation vannetaise et les notables de Vannes, place Maurice Marchais.
    A 17h puis 22h30, ces deux cortèges soit près de 1000 personnes traverseront la vieille ville avec les figurants, les artistes, les groupes étrangers afin de rejoindre le jardin des remparts.
    Télécharger le plan

Feux d’artifice

Jardin des remparts – Dimanche 13 et lundi 14 juillet à 23h30.

  • Un spectacle pyrotechnique illuminera les remparts de Vannes retraçant l’histoire d’Anne de Bretagne en musique.

 

 

Anne de Bretagne à l’honneur ce week-end à Vannes et à Saint-Gildas des Bois

Salon_Livre_Vannes_480

Outre les expositions au château de Châteaubriant et au Château Gaillard de Vannes, Anne de Bretagne sera à l’honneur ce samedi au Salon du livre de Vannes lors d’une table ronde à 14h30 « Hommage à Anne de Bretagne » avec Philippe Tourault, Catherine de Lasa, Thierry Jigourel et Alan Simon.

Par ailleurs, le dimanche 22 juin, toute une journée est dédiée à Anne de Bretagne à Saint-Gildas des Bois,

StGildasdesBois

Exposition à Vannes : Il y a 500 ans disparaissait Anne de Bretagne

Mairie de Vannes

expoVannes

Michel Chauvin lors du vernissage de l’exposition en présence de David Robo, Maire de Vannes, Gabriel Sauvet, Maire-adjoint et Patrick Mahé Conseiller municipal le samedi 14 juin 2014.

Du 16 juin au 21 septembre 2014 – Château Gaillard, Musée d’histoire et d’archéologie

1514 – 2014 | 500e anniversaire de la disparition d’Anne de Bretagne

A l’occasion du 500e anniversaire de la disparition d’Anne de Bretagne, la ville de Vannes vous propose de nombreux rendez-vous tout au long de l’année pour célébrer cette date historique. Ainsi, dans le cadre de CELTI’VANNES, le musée d’histoire et d’archéologie Château Gaillard, le musée du Château des ducs de Bretagne et l’association Dihunerien vous présentent à Vannes la réplique fidèle du reliquaire du coeur d’Anne de Bretagne.
Le facsimilé de ce « joyau remarquable » témoigne de l’histoire de la duchesse des bretons, reine de France et de l’Histoire de notre région et de notre pays. Une visite au château Gaillard à ne pas manquer en cette année anniversaire.

Portrait d’Anne de Bretagne

Fille du duc François II de Bretagne et de Marguerite de Foix, Anne est née au château des ducs à Nantes, le 25 janvier 1477. A la mort de son père en 1488, elle devient duchesse de Bretagne. En conflit ouvert avec le royaume de France, Anne finit par se fiancer avec Charles VIII en 1491. Le contrat indique notamment qu’il est conclu « pour assurer la paix entre le duché de Bretagne et le royaume de France ». Le 8 février 1492, elle est couronnée et sacrée reine de France à Saint-Denis.

A la mort du roi Charles VIII survenue en 1498, la duchesse reprend la tête de l’administration du duché de Bretagne et restaure notamment la chancellerie de Bretagne. Quelques mois plus tard, elle épouse Louis XII, le nouveau roi de France. De ce second mariage, huit enfants naissent dont seules deux filles survivent : Claude et Renée. Affaiblie par les nombreuses maternités et fausses couches et atteinte d’une maladie rénale, Anne de Bretagne meurt le 9 janvier 1514.

Histoire mouvementée du reliquaire du coeur d’Anne de Bretagne

Le 19 mars 1514, soit 70 jours après sa mort, le coeur d’Anne de Bretagne contenu dans un reliquaire en or est déposé selon son voeu par le Chancelier de Bretagne Philippe de Montauban dans le caveau de ses parents à la Chapelle des Carmes à Nantes. Sous la Révolution, la chapelle est vendue comme bien national et le caveau funéraire est alors ouvert. Les dépouilles de François II et de son épouse sont transférées et inhumées dans la cathédrale de Nantes. Le reliquaire est confié au clergé de la cathédrale. Le 25 décembre 1793, sur un ordre révolutionnaire, le précieux reliquaire est saisi à la cathédrale et porté à la Monnaie de Nantes pour y être fondu en lingots. Miraculeusement épargné, le reliquaire est finalement transféré comme joyau remarquable à la Monnaie de Paris. En 1819, il est rendu aux Musées départementaux de Loire-Inférieure (actuellement Loire-Atlantique) et fait aujourd’hui partie des collections du musée départemental Dobrée.

Le reliquaire, exécuté par un orfèvre anonyme, est une boîte ovale bivalve, en tôle d’or repoussée et guillochée, articulée par une charnière. Elle est surmontée d’une couronne de lys et de trèfles. Ces deux faces et l’intérieur sont couverts d’inscriptions en lettres d’or rehaussées d’émail. En 1991, une réplique fidèle de ce reliquaire est réalisée, dont le Musée du château des ducs de Bretagne fait l’acquisition. Ce fac-similé est exposé au Musée d’Histoire et d’archéologie de Vannes (Château Gaillard) durant l’été 2014.

Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

Il s’agit d’un livre commandé par la reine Anne de Bretagne à l’enlumineur Jean Bourdichon, pour la somme de 600 écus d’or et réalisé entre les années 1503 et 1508. Il est conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. L’ouvrage est constitué de 476 pages en latin dont 49 grandes miniatures en pleine page et 337 enluminures en marge de page.

On y découvre la représentation réaliste sur fond doré de 337 plantes légendées en latin et en français, des fleurs cultivées ou sauvages, des arbustes et quelques arbres. On peut y voir aussi une grande diversité d’insectes : papillons de jour et de nuit, libellules, sauterelles, coccinelles, mouches, abeilles charpentières, grillons, perce-oreille, bourdons, gendarmes, lucanes ; et enfin, de petits animaux sauvages : serpents, lézards, orvets, grenouilles, tortues, écureuils, escargots, lapins, singes, araignées et chenilles. L’ouvrage original, intégralement numérisé, est consultable sur le site internet de la Bibliothèque nationale de France : Gallica. Un remarquable facsimilé de ce livre d’heures a été édité en 1861, sous Napoléon III, à seulement 850 exemplaires. Il est accompagné d’un second volume de la traduction du latin, réalisée par l’abbé Delaunay