Archives du mot-clé statue

Année Anne de Bretagne 2014, le DVD.

Ce samedi 4 novembre au cinéma de Blain, était présenté le dvd Anne de Bretagne 2014 devant 120 représentants des associations ayant été parties prenantes durant l’Année Anne de Bretagne.

D’une durée de 90 minutes, le DVD réalisé par Rémi et Nicolas Valais retrace l’Année Anne de Bretagne 2014 à travers une quarantaine d’événements dans les 5 départements bretons. L’occasion de découvrir ou de redécouvrir de nombreux sites et histoires liés à la mémoire de la dernière Duchesse souveraine de Bretagne.

Version en français, version en breton, bonus comprenant des extraits de l’opéra Anne de Bretagne d’Alan Simon.

Le DVD, 20 € à commander auprès de RV production, 34 La Burdais, 44530 Guenrouet
Tél : 02 40 00 18 92
Port : 06 83 04 34 69
Mail : contact@remivalais-production.com

Présentation du DVD, réalisé par Rémi et Nicolas Valais (assis à droite), en compagnie des membres du Comité Anne de Bretagne et du maire Jean-Michel Buf (debout à droite). | Photo Ouest-France

Publicités

Anne de Bretagne : La Baule lui rend hommage 500 ans après sa disparition

La Baule +

Article de Marie-Lou Akeroyd

AdeBZHLa Baule

Exactement 500 ans après le décès de la duchesse Anne de Bretagne, une statue la représentant est érigée face à la baie. Elle a été inaugurée le 19 mai, à l’occasion de la Saint Yves, fête de la Bretagne et par ailleurs de la magistrature, par Yves Métaireau, maire de La Baule, l’artiste Yves Le Corre et des groupes folkloriques bretons. Anne de Bretagne est un véritable modèle pour les Bretons. Ainsi, souligne Yves Le Corre, créateur de la statue-cadran : «Pour moi, elle a été la dame la plus lettrée et cultivée de son temps».

Née à Nantes en 1477, alors que la Bretagne n’était pas encore française, Anne grandit dans des temps de guerre, puisque le Royaume de France veut rattacher la Bretagne à son territoire. Elle perd son père en 1488, deux mois après la défaite de l’armée bretonne face à l’armée du Royaume de France. N’ayant aucun frère, elle hérite donc du titre de duchesse et elle est couronnée en 1489. Anne n’a alors que 12 ans. En 1491, elle épouse Charles VIII, roi de France et devient ainsi reine de France en plus de son titre de duchesse de Bretagne. (Note du Comité: il manque quelques épisodes significatifs….) Sept ans après, en 1498, Charles VIII décède. Anne se remarie un an plus tard avec le nouveau roi de France, Louis XII. Très amoureux, ce dernier accepte tout des Bretons et Anne obtient même l’indépendance de la Bretagne. Elle meurt en 1514. Tout son peuple pleure la reine Anne, éternellement jeune, dynamique, courageuse, persévérante, fidèle…

La statue a été installée boulevard de l’Océan, face à l’avenue de la duchesse Anne. Un endroit parfaitement approprié pour l’artiste : «L’emplacement est idéal. Déjà, la statue est dans l’axe de l’avenue d’Anne de Bretagne. Ensuite, le site est bien fréquenté par les piétons et protégé des voitures par le rond-point et les espaces verts». La statue doit rester en place encore de longues années et il serait dommage qu’un véhicule ne vienne l’abimer : «C’est ma plus grande peur, qu’une voiture ne sorte de son axe et ne percute ma statue !» confie Yves Le Corre. La statue d’Anne de Bretagne tient dans ses mains un cadran solaire. Un clin d’œil aux deux passions d’Yves Le Corre : la Bretagne et les cadrans solaires. «La Bretagne est une passion depuis très longtemps. Je suis revenu ici il y a cinquante ans et, depuis quarante ans, je sers les associations bretonnes. Ma passion pour les cadrans solaires est plus récente, depuis mon départ à la retraite». Dès que le soleil arrive, il est possible d’y lire l’heure avec une précision effarante, comme aime à le faire remarquer l’artiste : «On peut lire l’heure à la minute près !»

Deux passions qui se complètent parfaitement puisqu’à l’époque d’Anne de Bretagne, la majorité de la population pouvait lire l’heure grâce aux cadrans solaire

Le 19 mai à La Baule, inauguration de la statue cadran-solaire d’Anne de Bretagne

7seizh, 9 mai 2014

AnnedeBretagneStatuecadran

L’œuvre d’Yves Le Corre est le fruit de deux de ses passions: La Bretagne et les cadrans solaires.

Elle sera la 8e statue d’Anne de Bretagne. La 5e en Bretagne (2 à Nantes, 1 à Concarneau, 1 buste à Rennes et, cette dernière, en presqu’île guérandaise où Anne a séjourné quelques mois en 1488-1489 avant d’être couronnée Duchesse à Rennes) Les 3 autres sont à Paris.
De la passion Bretagne, Yves a retenu cette œuvre qu’il a réalisé pour 2014 en hommage au 500e de la mort d’Anne, toujours populaire.

2014, pour Yves, c’est aussi 40 années d’administrateur d’associations culturelles bretonnes. De la passion cadrans, depuis sa retraite, il en résulte une greffe originale à la statue, compatible avec le temps d’Anne.

C’est aussi une façon de gagner du temps pour l’auteur, lui évitant une seconde œuvre différente. Très bientôt il ne fera plus partie des 7 à 77 ans !

La statue-cadran mesure 1,57 m, soit la taille d’une petite femme d’aujourd’hui, pour être comparable avec nos contemporaines. De son temps, Anne ne faisait probablement qu’environ 1,50 m mais, pour la comparaison maintenant, il n’aurait pas été possible de couper les jambes à tout le monde !

L’idée de cette œuvre a fait l’objet d’un croquis dès 2009, en pensant à 2014. Mais sous-traiter la sculpture à un professionnel, sans soutien extérieur, semblait trop coûteux.
L’auteur a donc du rechercher des moyens économiques à sa portée, pour une réalisation dans son garage. Sa 1ére sculpture d’un personnage.

En conservant le choix d’un cadran, de lecture très simple indiquant, non pas l’heure solaire du lieu d’un cadran statique traditionnel, mais directement l’heure légale de notre temps (pour éviter au lecteur, un petit calcul mental simple mais rébarbatif et négligé par beaucoup)

Pour y parvenir, le temps solaire étant variable, prenant de l’avance par périodes sur les montres ou du retard à d’autres, la statue n’est pas tout à fait statique. Le haut du buste est articulé sur un plan équatorial -parallèle à l’équateur de la terre- de façon à permettre à un préposé de faire les corrections à la place du lecteur (Changement d’horaires été-hiver, ajouter la correction de longitude de 9,4 minutes pour La Baule, ajouter ou retrancher des minutes pour suivre l’équation du temps, bien connue des astronomes)

La statue a alors été construite en béton armé sur une ossature métallique soudée complétée d’armatures. Le visage a été obtenu par moulage et le reste par coffrage souple pour une tranche de hauteur 0.25 m, décoffré et remonté le lendemain pour une nouvelle tranche et ainsi de suite.

Le béton a ensuite été enduit, lissé, poncé et peint. La table de lecture du cadran provient d’une chute de canalisation en composite résine-verre. La bande de lecture a été saisie en numérique.

Les études, la recherche de matériaux abordables et appropriés pour l’extérieur, la fabrication, compte tenu des temps de séchage, ont duré pratiquement un an.

L’inauguration aura lieu le lundi 19 mai à 18h avec interventions de l’artiste, du maire de La Baule, musiques et danses par le bagad et les cercles celtiques, Bro Gozh ma Zadoù. Au coin de l’avenue de la Duchesse Anne et du Boulevard de l’Océan à La Baule.

Anne de Bretagne et la fabrique Henriot de Quimper

Jean-Pierre Le Goff auprès de la statue d'Anne de Bretagne par Jean Fréour.

Jean-Pierre Le Goff auprès de la statue d’Anne de Bretagne par Jean Fréour.

Présent au lancement du timbre Anne de Bretagne au Château des Ducs de Bretagne à Nantes, Jean-Pierre Le Goff, dirigeant de la fabrique Henriot de Quimper, nous a confirmé sa décision de produire avant l’été une reproduction en faïence de la statue d’Anne de Bretagne réalisée par Jean Fréour et se trouvant en face de l’entrée du château.

Il y aura sans doute deux versions, l’une pour collectionneur d’une hauteur de 70 ou 90 cm et l’autre pour le grand public de 35 à 40 cm.

Nous reviendrons plus tard sur ce beau projet.