Archives du mot-clé Châteaubriant

Année Anne de Bretagne 2014, le DVD.

Ce samedi 4 novembre au cinéma de Blain, était présenté le dvd Anne de Bretagne 2014 devant 120 représentants des associations ayant été parties prenantes durant l’Année Anne de Bretagne.

D’une durée de 90 minutes, le DVD réalisé par Rémi et Nicolas Valais retrace l’Année Anne de Bretagne 2014 à travers une quarantaine d’événements dans les 5 départements bretons. L’occasion de découvrir ou de redécouvrir de nombreux sites et histoires liés à la mémoire de la dernière Duchesse souveraine de Bretagne.

Version en français, version en breton, bonus comprenant des extraits de l’opéra Anne de Bretagne d’Alan Simon.

Le DVD, 20 € à commander auprès de RV production, 34 La Burdais, 44530 Guenrouet
Tél : 02 40 00 18 92
Port : 06 83 04 34 69
Mail : contact@remivalais-production.com

Présentation du DVD, réalisé par Rémi et Nicolas Valais (assis à droite), en compagnie des membres du Comité Anne de Bretagne et du maire Jean-Michel Buf (debout à droite). | Photo Ouest-France

Publicités

Exposition à Châteaubriant : « Anne de Bretagne, je te kiffe ! »

L’Éclaireur, 3 septembre 2014

COEURANNEAfficheA3

L’exposition autour de l’écrin ayant recueilli le cœur d’Anne de Bretagne, voici 500 ans, attire de nombreux visiteurs au château de Châteaubriant. Petit florilège de messages que l’on peut découvrir sur le livre d’or mis à leur disposition à la sortie de la salle…

Clin d’œil à l’élément phare de cette exposition, visible depuis le 14 juin et jusqu’au 28 septembre, les cœurs fleurissent au gré des nombreuses pages du livre d’or déjà remplies. Ils accompagnent une avalanche de messages de félicitations pour la « très belle/magnifique/superbe/splendide » exposition présentée cet été au château de Châteaubriant.

Les 9/10e des visiteurs ayant inscrit un petit mot font l’éloge de sa « qualité et sa richesse », soulignant aussi « la diversité des supports » qui « la rend passionnante ». Ainsi que l’intérêt qu’ils ont pris à écouter les explications complémentaires des guides, pour ceux qui avaient choisi cette option.

Les étrangers adorent aussi

Maryanik, de passage en juillet, estime pour sa part : « Le fait que la visite soit gratuite est plus qu’un plus pour l’accès de tous à notre riche patrimoine ».

En feuilletant les pages du livre d’or, on relève que les visiteurs viennent parfois de loin : Espagne, Italie, Hollande, Allemagne, Grande-Bretagne, États-Unis, Asie… sans pouvoir tout traduire, on devine l’intérêt – et parfois même la fascination – qu’ils ont éprouvé à a faire ce détour par le château.

Enfin, on découvre aussi quelques messages hors norme, dans leur forme ou par leur décalage avec les autres. Petit florilège :

  • Les militants bretons…

« Très belle argumentation pour la réunification ».

« Que de preuves pour dire que le 44 est Breton ».

« Merci d’organiser visite et commentaires en breton ».

  • Les geeks invétérés (pas toujours bons en orthographe) …

« J’ai bien aimés l’informatique mai pas le perssonnelle (sic) ».

« C’était hiper (sic) nul !  !  ! Il y a juste un truc que j’ai aimé, c’était le cœur en 3D ».

  • Les familiers…

« Anne de Bretagne, je te kiffe ».

« Bonjour Anne de Bretagne. Toutes mes condoléances pour ta mort, je suis sûr que tu étais une très bonne reine ».

  • Ceux qui en profitent pour faire passer un message…

« Bravo pour cette exposition. Et si seulement notre maire d’Ancenis pouvait s’en inspirer !  »

Hugo : « La jeune fille de l’accueil est très charmante ».

  • Les sceptiques…

« On ne peut pas lire, trop sombre. C’est dommage ».

Lalie : « Trop bizarre le cœur ».

  • Les stars…

« Beautiful exposition », signé « Kate Middelton »… sûrement une proche cousine de la Duchesse Kate Middleton !

Cécile Rossin

Pratique. Exposition Le Cœur d’Anne de Bretagne, visible au château jusqu’au 28 septembre. Ouverte tous les jours de 11 h à 18 h 30, sauf le mardi. Entrée libre et gratuite.

Déjà plus de 9 000 visiteurs

Julien Martineau, coordinateur de la médiation au château de Châteaubriant, livre un premier bilan très satisfaisant pour cette exposition :

« Nous venons de dépasser les 9 000 visiteurs aujourd’hui (lundi 25 août), dont près de 2 500 ayant suivi une médiation au sein de l’exposition. Le mois d’août a été très bon avec plus de 4 000 visiteurs à ce jour. Ils étaient 1 736 en juin et 3 283 en juillet. C’est notre meilleure exposition depuis 2003. Nous avons une bonne fréquentation d’anglophones, d’Italiens et d’Espagnols : ils représentent près de 15 % de la fréquentation en juillet et août ».

Anne de Bretagne à l’honneur à Saint-André des Eaux, Lorient, Josselin, Ranrouët, Vannes, Rennes et Châteaubriant.

Anna-Vreizh-drapeau-OK

Anne de Bretagne est à l’honneur dans les prochains jours à travers la Bretagne:

Dimanche 3 Août à St André des Eaux (Brière) : Fete des Chalands Fleuris (100.000 fleurs !) sur le thème d’Anne de Bretagne (organisateur : ABSADE et Jacky Point ) + Exposition ICB/Anne de Bretagne. Jeux Bretons et médiévaux. Dès 10H30 : scénoparade, fest-deiz, restauration – cf http://www.chalandsfleuris.fr

Dimanche 3 août, Grand Théâtre de Lorient, 21h, Oratorio « Anne de Bretagne renaissante » de Roland Becker.

Mercredi 6 Août à Josselin en soirée d’étape dans le cadre du Tro-Breiz Dinan-Vannes: Hommage à Anne de Bretagne sous la forme d’une projection de videos sur Anne de BRETAGNE donnée par Joël Combot de l’association des Amis du Folgoët.

– Juillet-Aout tous les Dimanches à 16H00 au Château de Ranrouet à Herbignac (44) : visite thématique sur Anne de Bretagne par la médiatrice du château Fanny Bena :

Venez faire un voyage dans le temps d’Anne de Bretagne et d’autres personnages comme l’intrigant Jean IV de Rieux, seigneur du château de Ranrouët et tuteur de la petite Anne. Face aux rois de France qui menacent la Bretagne, vous découvrirez les péripéties qui ont agitées l’histoire du duché de la fin du Moyen Age jusqu’à son rattachement à la France. Intrigues, rebondissements, voltes-faces, c’est une histoire digne d’une véritable saga moderne qui vous attend !

Les dimanches à 16h en juillet et en août. Durée 1h00. Plein tarif 5€, réduit 4€, gratuit -7 ans.

– Les rendez-vous nocturnes du Parlement de Bretagne à Rennes démarrent le 11 juillet. Pour la 3e année consécutive, la projection d’images épousera l’architecture du bâtiment. Anne de Bretagne fera son apparition avant chaque spectacle

– Jusqu’au 21 septembre, exposition autour d’Anne de Bretagne, son reliquaire et le livre d’Heures, au Château Gaillard, rue Noë à Vannes, Entrée gratuite.

– Jusqu’au 30 Septembre à Châteaubriant (44) : Exposition autour du reliquaire du coeur d’Anne de Bretagne à travers une approche historique et scientifique de l’objet / Organisateur : Conseil Général de Loire-Atlantique et Musée Dobrée.

Exposition. Le cœur d’Anne de Bretagne se dévoile à Châteaubriant

Ouest-France, 13 juin 2014

anne-de-bretagne-se-devoile-chateaubriant

À l’occasion du cinquième centenaire de la mort de la duchesse de Bretagne, le château de Châteaubriant accueille une exposition autour du reliquaire d’or.

Sur plus de 300 m², près de 80 œuvres sont regroupées autour du coffret en or : manuscrits, peintures, monnaies, objets d’art, sculptures…

Au château départemental de Châteaubriant, où la duchesse de Bretagne et reine de France a passé une partie de son enfance, les mystères de cette pièce extraordinaire seront levés : comment se sont déroulées les funérailles d’Anne de Bretagne ? Pourquoi ce reliquaire a-t-il été fabriqué ? Selon quelles techniques d’orfèvrerie ? Quel impact ce reliquaire a-t-il eu sur l’histoire ? Où avait-il disparu à la Révolution française ?

Pour la première fois et grâce à un processus de numérisation spécialement conçu par les équipes du laboratoire Arc’ Antique, le coffret du cœur d’Anne de Bretagne se dévoilera aussi en 3D.

Du samedi 14 juin au dimanche 28 septembre 2014, exposition « Le cœur d’Anne de Bretagne », château départemental, place Charles-de-Gaulle, Châteaubriant.

Enquête en 3D sur le coeur d’Anne de Bretagne

FranceTVinfo, 13 juin 2014

AnnedeBretagnereliquaire3d

Pour voir le reportage, cliquer sur l’image. Reportage : Virginie Charbonneau, Frédéric Grunchec / Stépahen Herel

Nantes fête actuellement les 500 ans de la mort d’Anne de Bretagne. Le reliquaire du coeur de la duchesse provoque beaucoup de questions restées en suspens. Pour répondre à tous ces mystères les chercheurs ont fait appel à la 3D. Le numérique au service de l’histoire.

Pourquoi cet écrin a-t-il été fabriqué ? Selon quelles techniques d’orfèvrerie ? Quel impact a-t-il eu sur l’histoire ? Où avait-il disparu à la Révolution française ? Pour la première fois et grâce à un processus de numérisation spécialement conçu par les équipes du laboratoire Arc’Antique, le coffret du cœur d’Anne de Bretagne se dévoilera aussi en 3D.
500 photos de très haute définition ont permis de reconstitution du coeur et de le découvrir sous tous les angles

Malgré ce travail technique et historique exceptionnel, le coeur n’a pas dévoilé tous ses secrets. Il renferme encore beaucoup de mystères.

Pour commémorer les 500 ans du reliquaire un certain nombres de manifestations et expositions sont organisées en Loire-Atlantique.
Châteaubriant de la mi-juin au 28 septembre puis à Rennes à l’automne prochain.

Le cœur d’or d’Anne de Bretagne exposé au château

L’Eclaireur, 5 juin 2014

COEURANNEAfficheA3

Férus d’Histoire, amateurs de trésors ou simples curieux… Tous ont rendez-vous au château de Châteaubriant, entre le 14 juin et le 28 septembre, pour une exposition exceptionnelle.

Cette exposition, c’est celle de l’écrin en or ayant accueilli le cœur d’Anne de Bretagne (1477-1514). Il y a 500 ans, mourrait la Duchesse de Bretagne et Reine de France. Elle avait 37 ans. Epuisée physiquement après une énième fausse couche, elle rendait l’âme au château de Blois.

Sa dépouille fut inhumée à la basilique de Saint-Denis mais, à sa demande, son cœur allait retrouver sa chère Bretagne : elle souhaitait en effet qu’il soit conservé au couvent des Carmes, à Nantes, dans le tombeau de ses parents, François II et Marguerite de Foix.

500e anniversaire

« C’était une pratique courante chez les nobles, à l’époque, explique Camille Broucke, responsable du pôle Conservation au Musée Dobrée de Nantes. Ils faisaient extraire leur cœur pour qu’il reposedans un endroit qui leur était cher ».

Pour recueillir le cœur d’Anne de Bretagne, un écrin en or, en forme de cœur surmonté d’une couronne, fut fabriqué. C’est lui qui sera au centre de l’exposition présentée par le Musée Dobrée au château de Châteaubriant, du 14 juin au 28 septembre.

Un événement en lien avec le 500e anniversaire de la mort de la Duchesse, mais aussi motivé par les récentes découvertes inédites des chercheurs du Musée Dobrée ayant expertisé l’écrin. « Ces découvertes portent sur sa fabrication et sa composition exacte notamment ».

Les résultats de ces recherches seront dévoilés par cette exposition, composée par ailleurs de quelque 80 pièces en lien avec l’histoire ou l’époque d’Anne de Bretagne : manuscrits, peintures, monnaies, sculptures… « Au Musée Dobrée, on conserve une partie du couvent des Carmes de Nantes, qui a été détruit durant la Révolution. Cela nous permettra de resituer l’écrin dans son contexte d’origine, pour la première fois. Il y aura aussi des moulages des gisants du tombeaux des parents d’Anne de Bretagne », précise Laure Barthet, directrice du musée nantais.

Le cœur aurait disparu au XVIIIe siècle

Et le cœur de la Duchesse lui-même, au fait ? Qu’est-il devenu ? « On a des traces écrites, datées du XVIe siècle, qui indiquent qu’il était encore dans l’écrin. Mais on a aussi un écrit daté de 1727, qui dit qu’il n’y avait plus rien à l’intérieur », racontent les responsables. « Il semble que le cœur ait disparu au cours du XVIIIe siècle : le couvent des Carmes a été inondé plusieurs fois et sous l’effet de l’eau et du temps, le cœur s’est complètement dégradé ».

L’écrin lui-même aurait bien pu disparaître lui aussi, fondu comme tant d’autres objets en or par les services de la Monnaie de Paris alors que la Nouvelle République essayait de se sortir d’une grave crise financière… « Mais il a finalement été sorti du lot, en tant qu’objet patrimonial d’une grande valeur ». Conservé un temps à la Bibliothèque nationale, il reviendra à Nantes et au futur Musée Dobrée au XIXe siècle. « C’est un objet totalement emblématique et rarissime. On voudrait faire prendre conscience de cela aux visiteurs : leur dire qu’ils ont la chance d’avoir un patrimoine exceptionnel », insiste Laure Barthet.

Cette exposition sera conçue pour séduire tous les publics : qu’ils soient passionnés d’Histoire ou simplement en quête d’une sortie à faire en famille ; et qu’ils soient prêts à y consacrer une heure ou simplement 20 minutes. Pour toucher le plus large public possible, les responsables comptent notamment sur une « attraction » inédite : une modélisation 3D et interactive de l’écrin qui permettra de le manipuler et de l’ouvrir virtuellement.

Un écrin en 3D à manipuler

« On voulait casser l’effet vitrine : on ne pouvait pas présenter l’écrin à la fois ouvert et fermé ; et on ne pouvait évidemment pas le laisser manipuler par le public. D’où l’idée de cette modélisation, commente Laure Barthet. L’objet a été photographié sous toutes ses coutures. La précision est au micron près ! Même nous, on redécouvre cet objet grâce à cette technique ».

Un pupitre permettra d’accéder à cette modélisation qui sera projetée sur un écran géant. Par ailleurs, des écrans tactiles seront aussi dispatchés au fil de l’exposition, afin de rendre celle-ci plus vivante.

Ou comment faire rentrer Anne de Bretagne à l’ère numérique ! « Cet écrin peut être interprété aussi comme un message politique et comme un moyen qu’avait la Reine de contrôler son image, déjà à l’époque », observe la directrice. On peut imaginer alors que la Duchesse de Bretagne aurait adoré cette nouvelle technologie qui sert désormais à alimenter le mythe…

Cécile Rossin