Anne de Bretagne : La Baule lui rend hommage 500 ans après sa disparition

La Baule +

Article de Marie-Lou Akeroyd

AdeBZHLa Baule

Exactement 500 ans après le décès de la duchesse Anne de Bretagne, une statue la représentant est érigée face à la baie. Elle a été inaugurée le 19 mai, à l’occasion de la Saint Yves, fête de la Bretagne et par ailleurs de la magistrature, par Yves Métaireau, maire de La Baule, l’artiste Yves Le Corre et des groupes folkloriques bretons. Anne de Bretagne est un véritable modèle pour les Bretons. Ainsi, souligne Yves Le Corre, créateur de la statue-cadran : «Pour moi, elle a été la dame la plus lettrée et cultivée de son temps».

Née à Nantes en 1477, alors que la Bretagne n’était pas encore française, Anne grandit dans des temps de guerre, puisque le Royaume de France veut rattacher la Bretagne à son territoire. Elle perd son père en 1488, deux mois après la défaite de l’armée bretonne face à l’armée du Royaume de France. N’ayant aucun frère, elle hérite donc du titre de duchesse et elle est couronnée en 1489. Anne n’a alors que 12 ans. En 1491, elle épouse Charles VIII, roi de France et devient ainsi reine de France en plus de son titre de duchesse de Bretagne. (Note du Comité: il manque quelques épisodes significatifs….) Sept ans après, en 1498, Charles VIII décède. Anne se remarie un an plus tard avec le nouveau roi de France, Louis XII. Très amoureux, ce dernier accepte tout des Bretons et Anne obtient même l’indépendance de la Bretagne. Elle meurt en 1514. Tout son peuple pleure la reine Anne, éternellement jeune, dynamique, courageuse, persévérante, fidèle…

La statue a été installée boulevard de l’Océan, face à l’avenue de la duchesse Anne. Un endroit parfaitement approprié pour l’artiste : «L’emplacement est idéal. Déjà, la statue est dans l’axe de l’avenue d’Anne de Bretagne. Ensuite, le site est bien fréquenté par les piétons et protégé des voitures par le rond-point et les espaces verts». La statue doit rester en place encore de longues années et il serait dommage qu’un véhicule ne vienne l’abimer : «C’est ma plus grande peur, qu’une voiture ne sorte de son axe et ne percute ma statue !» confie Yves Le Corre. La statue d’Anne de Bretagne tient dans ses mains un cadran solaire. Un clin d’œil aux deux passions d’Yves Le Corre : la Bretagne et les cadrans solaires. «La Bretagne est une passion depuis très longtemps. Je suis revenu ici il y a cinquante ans et, depuis quarante ans, je sers les associations bretonnes. Ma passion pour les cadrans solaires est plus récente, depuis mon départ à la retraite». Dès que le soleil arrive, il est possible d’y lire l’heure avec une précision effarante, comme aime à le faire remarquer l’artiste : «On peut lire l’heure à la minute près !»

Deux passions qui se complètent parfaitement puisqu’à l’époque d’Anne de Bretagne, la majorité de la population pouvait lire l’heure grâce aux cadrans solaire

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s